A la découverte du village de Saint Jeoire en Faucigny

Places, rues et quartiers

D'après le livre de St Jeoire "De nos origines à nos jours"
2ème partie de Mrs Aubaret Fernand, Cruz Jacques, Mercier Pierre, Pelisson Yves, et Mmes Drouet Véronique, Rubin Adeline.
Livre en vente à la mairie de st Jeoire.



Les places
  • Place du Marché, au sud de la tour-clocher. Nom traditionnel. Les foires et les marchés y sont ou y étaient concentrés. Sur cet emplacement, une halle avait été construite en 1770, remplacée en 1820 par une maison commune, dont le rez - de¬ chaussée était un marché aux grains couvert, avec mesures creusées dans la pierre. Elle a été démolie en 1904. Le Monument aux morts y a été édifié peu après la Première Guerre mondiale.

  • Place de I’Eglise, tout le terre-plein en avant de l'église jusqu'aux bâtiments ouest. Délimitée sur trois faces par la cure, l'église et le clocher, elle occupe l'emplacement de l'ancienne église romane, construite vers l'an 1000 et agrandie à plusieurs reprises, et de l'ancien cimetière. La tour-clocher de cette ancienne église a été édifiée en 1740, et en 1858, époque de la démolition de l'ancienne église et de la construction de la nouvelle, on lui a appliqué deux portails (nord et ouest) provenant de l'ancienne église. Couverte d'abord en tavaillons, on construisit une flèche en 1756 qui, en 1878, fut remplacée par les créneaux actuels. La cure a été construite au milieu du siècle dernier et l'un des bâtiments ouest fut la première école de garçons ouverte en 1841 par les Frères de la Sainte Famille.

  • Place Germain Sommeiller, autour de la salle des fêtes, au pied de la statue de cet ingénieur. Germain Sommeiller, né et mort à Saint-Jeoire, d'une vieille famille saint -Jeoirienne, fut chargé par les autorités du royaume de Sardaigne, et spécialement par son ami le Premier ministre Cavour, de réaliser, à l'aide d'une perforatrice à air comprimé qu'il contribua à mettre au point, le premier grand tunnel sous les Alpes (10 km environ, dans le massif du Mont - Cenis). Cette réalisation est à comparer à la percée du canal de Suez par Ferdinand de Lesseps, à la même époque. La statue fut édifiée vers la fin du siècle dernier. Construite au milieu du siècle dernier, la salle des fêtes, qui fut d'abord une école de garçons (1861), devint mairie après la démolition de la maison commune. Un premier agrandissement des deux ailes permit de réaliser au rez-de-chaussée cette salle des fêtes. La transformation actuelle fut réalisée en 1960. Actuellement ce bâtiment sert de salles des fêtes et de salle de réunion pour les associations …

  • Le Pré de Foire, en face de la gendarmerie, fut réalisé en 1905 avec les matériaux provenant des fouilles de l’ancienne école. Lors des foires, on y négociait le petit bétail (moutons, chèvres...). On lui a laissé son nom traditionnel.

  • Place des Colombières, à l'emplacement de l'ancienne station « Saint Jeoire  Ville » du tramway électrique CEN, qui a fonctionné entre 1932 et 1960, succédant au petit tramway à vapeur qui a fonctionné de 1892 à 1930. Son nom provient des élevages de pigeons (colombes) des successeurs de la famille de Saint¬ Jeoire, dont les derniers ont été les comtes de Murard. Cet emplacement (et la zone environnante) devint alors celui des cressionnières, notamment des familles Dufresne et Boimond.

  • Place d’Ambion, terre-plein, à l'ouest du bourg face à l'ancienne gare CEN qui fut en service de 1891 à 1960. Ambion, qui était l'un des alpages de l'Herbette, bien visible du bourg, fut aussi le nom donné à Saint-Jeoire pendant la période révolutionnaire (1794 à 1801) pour punir la population de son peu d'enthousiasme à appliquer la constitution civile du clergé et à utiliser les assignats comme moyens de paiement.

Les voies au centre du bourg

  • Rue du Faucigny. Portion de la N 507 entre l'hôtel des Alpes (où mourut Germain Sommeiller) et le café Mermoud (ancien hôtel Central). Portant le nom de la province dont fait partie Saint-Jeoire, elle nous rappelle que la famille noble de Saint ¬Jeoire joua un rôle important dans son histoire, fournissant évêques et chapitre à la cathédrale de Genève avant la Réforme. Ce n'est que plus tard que le Faucigny vit son destin lié à celui de la Savoie.

  • Rue François Melchoir de Saint-Jeoire (mort en 1595), entre la N 507 (angle place du Marché) et la place des Colombières. Elle porte le nom du dernier et en même temps plus illustre représentant de la famille de Saint-Jeoire. Il fut ambassadeur du duc de Savoie, baron d'Hermance et gouverneur de la Forteresse des Allinges. Il y tint en échec les armées de Berne et Genève à la fin du XVIe siècle et assura l'hospitalité à Saint François de Sales pendant la prédication du Chablais. La rue passe au pied du rocher sur lequel se trouvait le château de Saint-Jeoire, dont les murailles sont visibles du sud-ouest.

  • « La Vieille Route », entre le café Mermoud et la pension Canel. Artère principale du Saint-Jeoire d'autrefois, c'est une portion de l'ancienne route Genève-Samoëns, dont certains secteurs, abandonnés, sont aujourd'hui d'agréables promenades (notamment le Chaffard). On lui a laissé son nom traditionnel.

  • Rue Jean – Jacques Dussaix (maitre-chirurgien à Saint-Jeoire, 1722-1797). Remarquable à la fois par un mémoire scientifique qu'il adressa au due de Savoie et qui révèle un esprit très en avance sur son temps (respect de la chirurgie...) et par ses responsabilités lors de l'occupation française en septembre 1792; membre de l'assemblée des Allobroges, il refusa la charge de maire. Cette rue part de la N 507 (est du groupe scolaire) et se ter¬mine au carrefour (croix du Fond du Bourg).

  • Rue de la Faitaman, du nom du lieu-dit, entre le carrefour ci-dessus et le pont d'Hisson au départ de la route de Montrenaz.

  • Rue Allamand de Saint-Jeoire. Du nom d'un évêque de Genève, prince du Saint Empire, qui vers 1350 fut un partisan farouche du rattachement du Faucigny (apanage du Dauphin de Viennois) au royaume de France. Il s'agit d'une voie nouvelle allant de la rue du Faucigny (clos du Patronage) au pont Béguin.

Les voies en direction de Pouilly

  • Le Chemin de la Ravoire part de la place du Marché, au sud de l'église en direction de la ferme de la Ravoire qui se trouve entre deux collines :
- l'une en arrière de la ferme sur le sommet de laquelle s'élèvent les ruines d'une maison forte. Domicile des seigneurs de Saint-Jeoire dès le début du XIIIe siècle ;
- l'autre en avant, qui domine la route de Pouilly par le rocher du Turchon et dont la cime porte aussi les ruines d'un château féodal de la famille de Saint-Jeoire, détruit, comme les autres, lors de l'invasion bernoise de 1589-1591.
  • La Montée de Perreuse part de la cure, passe à droite de la statue de Germain Sommeiller, et longe le boulodrome, qui fut un cimetière de 1831 à 1888, pour rejoindre le CD 26.

  • L’Allée du Pont-Béguin, du nom d'un lieu-dit cité dès le XVe siècle, part aussi de la cure et se dirige en ligne droite vers le château de Beauregard.

  • Le Chemin de l'Herbette va du carrefour du Pont ¬Béguin vers le Centre technique CECAM ouvert en 1964, situé au pied de l'Herbette.

  • L'Avenue de Beauregard, dénomé aujourd'hui, Montée de Beauregard, part du même endroit et se dirige vers le château de Beauregard, demeure depuis le XIVe siècle, des seigneurs, devenus comtes de La Fléchère. La bande blanche peinte sous la toiture des diverses tours rappelle que Hughes de La Fléchère participa en 1366 à la croisade qu'organisa le comte Vert pour venir en aide à l'empereur chrétien d'Orient, son beau-frère. Parmi les personnages les plus illustres de cette famille, nous devons citer le colonel Jean-Pierre de La Fléchère qui, au XVIIIe siècle, fut gouverneur de Cagliari et vice-roi de Sardaigne, et le général Georges-François de La Fléchère, qui fut major général de la province de Savoie.
  • La Route des Feulates part de l'hôtel des Alpes et. Par une grande courbe en aval du château de Beau regard, rejoint le carrefour du Pont-Béguin.
  • La Route de Pouilly, part du carrefour du Pont ¬Béguin et va jusqu'à Pouilly.
  • Le Chemin de Belensol part en face des Résidences Perreuse et dessert les maisons des familles Plan, Mayaud, Mermin.

Les autres voies
  • Avenue de la Tour de Fer, du nom d'un des bastions qui protégeaient Saint-Jeoire avant le XVIe siècle et cité dans un document de 1590. C'est la portion de la N 507 entre l'hôtel des Alpes et les confins de la commune de la Tour.
  • Avenue des Colombières. Elle relie la place des Colombières et la place d'Ambion, empruntant le tracé du chemin de fer électrique CEN entre 1932 et 1960.
  • Promenade du Chaffard, portion de l'ancienne route Genève-Samoëns entre l'ancienne gendar¬merie et Entreverges. Elle longe, en amont, le parc de la famille Chaulin.
  • La Rue de Savoie part de la route des Feulates et se termine à la N 507 en longeant une villa, demeure de la famille du Premier Président Mercier, lequel, avant l'annexion de 1860, fut Intendant général de Savoie (1849-1853).
  • Le Chemin de la Fin prolonge, au sud de la N 507, la rue de Savoie en direction des pâturages de la Fin de Layat et du chemin du Môle.
  • Le Chemin du Bois - Layat, du nom du lieu-dit, part de la N 507 en direction du nouveau quartier du Bois - Layat.
  • La route dite Route du Môle prolonge la rue François ¬Melchior de Saint-Jeoire jusqu'au village de Montrenaz en direction du sud. Le Môle fait partie de l'histoire et de la vie de Saint-Jeoire puisque, dès 1425, une trentaine de familles étaient propriétaires en commun d'alpages de cette montagne.
  • L'Avenue de Trémercier est la portion de la N 507 entre l'ancien Café Mermoud et le pont de La Pallud. On lui a donné le nom traditionnel de la zone rurale, à l'est de Saint-Jeoire (fin de Trémercier, appelé autrefois Tré - Mercier ou même Tré - Marsier).
  • L’Avenue Gaspard Monge prolonge en ligne droite, selon le tracé de l'ancienne voie du chemin de fer électrique CEN, l'avenue des Colombières entre la place des Colombières et l'avenue de Trémercier. Elle porte le nom d'un savant mathématicien qui, à l'époque de la Révolution Française et du Ie` Empire, créa la géométrie descriptive et fonda l'École Polytechnique. Son père, d'une famille de Sur - Châbles, émigra à Beaune où naquit Gaspard Monge.
  • La Route de Charny part de l'avenue de Trémercier, près de la « Croix de Trémercier » à l'Est de Saint-Jeoire et se dirige vers Charny (appelé « Le Charnier » dans le cadastre sarde de 1728/35), lieu d'un ancien cimetière utilisé pendant les épidémies, notamment pendant la peste qui décima la région à plusieurs reprises, particu-lièrement au début du XVII` siècle (1613-1629).
  • La Route des Moulins, à laquelle on a redonné le nom qu'elle avait en 1590 (il y en avait au moins trois le long d'Hisson ou de Millières). Elle prolonge le chemin de la Faitaman depuis le carrefour de la Croix-du-Fond-du-Bourg, le long d'Hisson jusqu'au pont de La Pallud.

La dénomination des quartiers
  • Résidence Perreuse, au sud du cimetière actuel.
  • Résidence Trémercier, au carrefour de la N 507 et du chemin de Charny.
  • Résidence La Faitaman, le long du chemin de la Faitaman.
  • Résidence Le Turchon, au nord du cimetière actuel.
  • Clos Rhuphy, comprend le CEG Gaspard-Monge, les bâtiments de l'EDF, des Eaux et Forêts et le château Ruphy avec la bibliothèque et l'école maternelle.
  • La Pallud est délimité à droite et à gauche de la route qui joint la route des Moulins à la N 507 près du pont de La Pallud.
  • Chateau Vieux, ensemble résidentiel entre la N 507 (avenue de Trémercier) et le chemin de Charny, sur les pentes de Chateauvieux (ruines d'une mai¬son forte antérieure au XIV` siècle).
  • Sur Naves, lotissement à l'est du chemin de La Ravoire.

Infos village

Superficie : 2 274 ha
Altitude : 580 mètres
Population : 3 351 habitants au 1er janvier 2017 (statistiques INSEE)

Afficher le plan du village

Points d'accès les plus proches

Gares :
Annemasse : 19 Kms
Cluses : 16 Kms

Aéroports :
Lyon : 175 Kms
Genève : 31 Kms